24/06/2018

Prière de la consommation des prosphores (pains bénits) et de l'eau bénite


C'est une pieuse coutume que de conserver dans son coin d'icônes à la maison, du pain bénit et de l'eau bénite. On les consomme tous les matins à jeun (sauf les jours où l'on communie aux Saints Dons), en récitant la prière suivante:

Prière

Seigneur mon Dieu, puissent Ton saint pain et Ton eau bénite contribuer au pardon de mes péchés, à l'illumination de mon esprit, au renforcement de mes forces spirituelles et corporelles, pour la santé de mon âme et de mon corps, pour vaincre mes passions et les faiblesses, par Ton infinie miséricordieuse Bonté; par les prières de Ta Mère très Pure et de tous Tes Saints. Amin. 

Prière de Saint Ahmed le Calligraphe

Imprimer la prière


Beau Coin des icônes dans une maison orthodoxe

12/06/2018

Liturgie patriarcale au monastère Saint-Georges sur les tombes cosaques


Le 10 juin 2018, dimanche de la Saints des terres ukrainiennes et à l'invitation de l'archevêque de Rivne et Ostrog Hilarion, Sa Sainteté  Philarète, Patriarche de Kiev et de toute la Rus-Ukraine Philarète  a visité le monastère "Saint-Georges sur les tombes cosaques", où il a célébré la Divine Liturgie à l'occasion des 367 ans de la bataille de Berestechko. 

09/06/2018

Dimanche des Saints glorifiés en terre de France


Dimanche des Saints & Saintes 
glorifiés en terre de France


Tropaire (apolytikion), Ton 8
Tel un présent de grand prix, la Terre des Francs t'offre, Seigneur, tous les saints qui l'ont embellie. Icône du royaume à venir, riche en intercesseurs, elle en appelle à Ta Mère Très-Pure, à saint Michel Archange et au levain des martyrs pour te demeurer fidèle à jamais.

Kondakion, ton 3
Autour de la Génitrice de Dieu et de Michel Archange se rassemblent en ce jour tous les saints de notre terre, prompts à intercéder et implorant le Très-Haut de nous sauver. 



04/06/2018

Carême des Saints Apôtres


Explications concernant ce Carême

Plusieurs périodes de jeûnes dans l'Eglise Orthodoxe:

L’Église orthodoxe a plusieurs périodes de jeûne et d’abstinence, appelés « carêmes », quoiqu’ils ne soient pas toujours des « quarantaines » (sens de « carême »). Ce sont ceux:

- de Pâques 
- de Noël , 
- le jeûne de la Mère de Dieu (du 1er au15 août) 
- celui des Apôtres 

En outre, il existe des jours marqués (mercredi et vendredi de chaque semaine de l'année) qui viennent compléter ces périodes de Carême (saufs certaines semaines particulières qui suivent de grandes fêtes). 


Le jeûne des Saints Apôtres:

Il commence le second lundi après la Pentecôte (lendemain du dimanche de la "Toussaint orthodoxe) et s'achève avec la fête des apôtres Pierre et Paul, le 29 juin du calendrier des Saints Pères (calendrier julien). Cette année, il s'achève le 12 juillet civil (qui correspond au 29 juin du calendrier des Saints Pères).

Origine de ce Carême : 

Après avoir fêté la Résurrection du Christ durant les cinquante jours qui suivirent Pâques, les apôtres préparèrent leur départ de Jérusalem pour répandre l’Évangile du Seigneur Jésus-Christ. Selon la Tradition sacrée, il se préparèrent à cette mission en jeûnant et en priant le Seigneur d'affermir leur résolution et de les accompagner dans leur œuvre missionnaire.

La source de ce jeûne se trouve dans les Évangiles. Lorsque les Pharisiens reprochent aux apôtres de ne pas jeûner, Jésus leur répond : « Les amis de l'époux peuvent-ils s'affliger pendant que l'époux est avec eux ? Les jours viendront où l'époux leur sera enlevé et alors ils jeûneront. » (Mat. 9:15).

Selon les exégètes, le Seigneur faisait référence à son sacrifice sur la Croix ; mais dans un sens plus large, on entend ces paroles par rapport à la Résurrection et à la mission de prêcher l'Évangile, qui ne peut être accomplie qu'à travers le jeûne et la prière.

Cette période de jeûne existait au moins depuis le pape Léon Ier qui en témoigne dans ses homélies. Cependant, elle s'est perdue en Occident. 

Pratique du jeûne pendant ce Carême:

Le Jeûne des apôtres n'est pas aussi sévère que celui du Grand Carême ou celui de la Dormition de Mère de Dieu. Il est enjoint, néanmoins, de s'abstenir de toute alimentation carnée. Le poisson, l'huile et le vin sont permis tous les jours sauf les mercredis et vendredis. Les règles du jeûne sont pratiquement identiques à celles du Jeûne de la Nativité.
Bon Carême des Saints Apôtres !
Soyons des témoins du Christ!

Liturgie patriarcale de la Toussaint Orthodoxe en la cathédrale Saint Wladimir de Kiev




























02/06/2018

Dimanche de tous les Saints

Icône de tous les Saints


Tropaire de tous les Saints, ton 4: Parée du sang de tes martyrs du monde entier * comme de pourpre et de lin, * ton Église te clame par leur intercession, ô Christ Dieu : * « Étends ta compassion sur tes fidèles ; ** accorde la paix à ton peuple et à nos âmes la grande miséricorde. »

Kondakion de tous les saints, ton 8 : Comme prémices de la nature, à Toi qui fais pousser la création, * le monde entier t’offre, Seigneur, les martyrs théophores ; * garde ton Église dans une paix profonde, par leurs supplications ** et par les prières de la Mère de Dieu, ô Très- miséricordieux.
Signification de la Fête (tiré du Synaxaire)

La présente fête, nos Pères saints ont décrété de la célébrer après la descente du très-saint Esprit, pour montrer en quelque manière que sa venue s’est produite par l’intermédiaire des Apôtres, instruisant et sanctifiant ceux qui appartiennent à notre terrestre condition, pour parfaire ceux qui avaient été déchus de l’ordre angélique, les restaurer dans leur première dignité, les rapprocher de Dieu par le Christ les uns, par le témoignage et le sang, les autres par une vie et une conduite vertueuse ; et il accomplit ce qui dépasse notre nature. L’Esprit descend sous forme d’un feu dont la tendance naturelle est de s’élever ; et notre poussière monte vers le haut, elle qui a un penchant naturel vers le bas. Alors, notre terrestre condition, notre chair qui vient d’être assumés et divinisée par le Dieu et Verbe, et qui en s’élevant s’est assise à la droite de la gloire paternelle, entraîne maintenant tous ceux qui le veulent, selon la promesse du Verbe divin nous montrant les effets de la réconciliation. Quel est le but le plus désirable de sa venue dans la chair auprès de nous et de tout son plan de salut, sinon d’avoir mené les bannis de jadis à l’unité avec Dieu et à son amitié, d’avoir tiré des nations un peuple qui ne le connaissait pas, tandis que la nature humaine offre à Dieu, comme prémices, ceux qui en elle lui ont plu de façon particulière. Et c’est une des raisons pour lesquelles nous célébrons cette fête de Tous les Saints.

La seconde, c’est que beaucoup de ceux qui ont plu à Dieu par leur haute vertu sont par ailleurs demeurés inconnus auprès des hommes, même si peut-être ils ont reçu grande gloire auprès de Dieu. Ou bien du fait que beaucoup ont vécu selon le Christ en Inde, en Égypte, en Arabie, en Mésopotamie, en Phrygie, au-dessus du Pont-Euxin ou dans tout le Couchant, jusqu’aux îles britanniques, en somme en Orient et en Occident, mais qu’il n’était pas facile, à cause de leur grand nombre, de les vénérer comme il convient, comme il est d’usage dans l’Église. Afin donc d’obtenir également l’aide de tous ces saints, en quelque lieu de la terre qu’ils aient plu à Dieu, et aussi à cause des Saints qui allaient peut-être venir encore, les Pères ont décidé de célébrer cette fête de Tous les Saints, pour les vénérer tous de façon exhaustive, des premiers aux derniers, qu’ils soient connus ou inconnus, tous ceux qu’a sanctifiés l’habitation de l’Esprit saint.

La troisième, c’est qu’il fallait réunir en un seul jour les Saints fêtés chaque jour en particulier, afin de montrer qu’ils ont combattu pour un seul et même Christ, que tous ont parcouru le même stade de la vertu, que tous ont été dignement couronnés comme les serviteurs de l’unique Dieu, qu’il ont formé l’Église et rempli le monde d’en haut ; qu’ils nous invitent nous aussi à mener, de façon différente et variée, le même combat, vers lequel chacun reçoit la force de s’élancer de tout cœur.

À tous les Saints qui depuis les siècles ont existé, l’illustre empereur Léon le Sage a consacré une grande et belle église, qui se trouve près du sanctuaire des Saints Apôtres, à l’intérieur de Constantinople. Il la fit construire tout d’abord, à ce qu’on dit, pour sa première femme Théophanô, qui avait été hautement agréable à Dieu, et ce de manière étonnante au milieu de l’agitation du monde et à l’intérieur des palais impériaux. Après avoir communiqué son projet à l’Église, il ne la trouva pas en accord avec sa volonté ni prête à partager l’avis impérial. On lui objecta : Celle qui hier et avant-hier était corrompue par le luxe et les délices de la cour ne pouvait pas être vénérée aussi vite, au point qu’on l’honore d’une église importante et magnifique, sans laisser au temps de lui accorder l’honneur et la vénération dans la mesure où elle avait été agréable à Dieu. Et le sage empereur, avec l’agrément de toute l’Église, consacra l’édifice à Tous les Saints de l’univers, en disant : Si Théophanô est elle-même sainte, qu’elle soit comptée avec eux tous !

À mon avis, c’est à ce moment-là qu’on se mit à célébrer davantage la présente fête, même si elle existait déjà auparavant. Pour cette raison, elle prit place à la fin du Triode, pour clôturer définitivement la série des fêtes. Car même si le bon ordre avec lequel l’Église s’est constituée a commencé bien avant, il atteint peu à peu sa perfection, comme il convenait. Mais c’est précisément à l’époque de cet empereur qu’il s’est tout à fait établi et fixé dans la forme qu’il a maintenant. Bref, le Triode contient en lui-même, soigneusement énoncé, tout ce que Dieu a opéré ineffablement à notre sujet : le châtiment du Diable, qu’il fit choir du ciel après la première désobéissance ; celui d’Adam, qu’il chassa du Paradis après sa faute ; toute l’œuvre salvifique du Verbe divin en notre faveur ; notre réinsertion dans les cieux grâce à l’Esprit saint, et la façon dont nous remplissons à nouveau l’ordre dont nous étions déchus et qui se manifeste par les Saints.

Il faut savoir que nous fêtons maintenant tous les êtres qu’en sa bonté a sanctifiés l’Esprit saint. Je veux parler en effet des esprits sublimes et sanctificateurs, les neufs chœurs des Anges ; des Ancêtres et des Patriarches ; des Prophètes et des saints Apôtres ; des Martyrs et des Pontifes ; des Hiéromartyrs et des Hosiomartyrs ; des Vénérables et des Justes, ainsi que de toutes les saintes Femmes et de tous les saints anonymes. Avec eux soient tous les Saints à venir ! Avant tous, en tous et avec tous, la Sainte des Saints, la Toute-sainte qui sans conteste surpasse tous les ordres angéliques, notre Dame et Souveraine la Mère de Dieu, Marie la toujours-vierge.
Par les prières de ta Mère immaculée et de tous les Saints, Christ notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous, dans ton unique bonté et ton amour pour les hommes. Amen.


Bonne Fête de tous les Saints à tous et à toutes!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...